« Etre présents au bon moment sur les bons marchés »

23/04/2014

Témoignage de Frédéric Ségault, président de la société Ségault à l’occasion de la conférence de presse annuelle de la FIM le 8 avril 2014.

© Ségault

© Ségault

« Deux tiers de notre chiffre d’affaires proviennent de la vente de robinetterie pour le circuit primaire des centrales nucléaires. La sûreté constitue l’une des exigences les plus importantes de nos clients qui doivent donc être rassurés sur la fiabilité de nos produits. Cet aspect compte pour l’essentiel de leur décision. Pour nous, être compétitifs, c’est avant tout proposer des produits fiables.

Nous devons donc disposer d’une main-d’œuvre très qualifiée. La France bénéficie d’un système éducatif qui forme des ingénieurs de haut niveau, c’est une chance. La difficulté reste le manque de souplesse de la législation du travail qui nous empêche d’absorber les à-coups du marché. Mais il est important de créer un lien fort entre les salariés et l’entreprise pour innover.

Être compétitifs, c’est aussi être présents au bon moment sur les bons marchés, en l’occurrence la Chine qui représente la moitié de l’activité mondiale du nucléaire, quand l’Europe compte pour 5 à 10 %. C’est pourquoi nous disposons d’un bureau et d’un agent en Chine.

 

Enfin, sur des marchés dominés par des grands donneurs d’ordre, disposer de la taille critique devient également un facteur essentiel de la compétitivité. Depuis 2007, Ségault, société familiale créée par mon grand-père, est détenue à 75 % par Velan, une entreprise britannique qui dispose d’une filiale installée à Lyon. Avec cette dernière, nous sommes capables d’assumer des coûts de développement de plus en plus élevés et de répondre à la multiplication des référentiels dans le nucléaire. Tout cela crée des coûts que, seuls, nous ne pourrions absorber. La compétitivité peut aussi passer par des alliances. »