Inoforges : un train d’avance

18/04/2014

Doubler son chiffre d’affaires sur le segment du ferroviaire à  moyen terme : tel est l’objectif d’Inoforges qui dispose de plus de 45 ans d’expérience dans l’étude et la fabrication de composants en alliages de cuivre et en aluminium.

Pour ce faire, cette filiale du groupe Lebronze Alloys a engagé plusieurs programmes de recherche. D’ici deux ans, avec le programme Light-Brake-C3, un train plus léger et économe en énergie devrait être mis sur les rails. « L’innovation consiste à intégrer des fonctions en alliage d’aluminium haute performance dans les ensembles de freinage des trains, jusque-là en fonte », explique Emmanuel Vielliard, directeur du développement international du groupe Lebronze Alloys.

Deuxième projet plus récent, RailConnect-Plus vise à étudier avec la SNCF le  développement d’une gamme complète de produits pour les infrastructures ferroviaires. Objectif : les rendre plus faciles à installer, plus fiables dans le temps et capables de s’adapter à tous les chemins de fer européens.

Producteur de composants standards pour le bâtiment, de corps de détendeurs médicaux ou de plongée sous­marine, de connecteurs  électriques, d’ensembles très techniques de sécurité pour le ferroviaire et les poids lourds : Inoforges a su se diversifier. Une diversification qu’elle doit à ses « équipes d’experts, ainsi qu’aux investissements en automatisation/robotique et en moyens d’usinage de dernière génération », souligne Emmanuel Vielliard.

 

Inoforges
•    Forge et usinage de pièces en alliage non ferreux
•    200 salariés
•    25 M€ de CA
 
Lebronze Alloys Group
•    1 100 salariés
•    200 M€ de CA