La mécanique au cœur de l’économie circulaire

18/09/2015

Développer l’écologie industrielle et territoriale, ainsi que l’économie de la fonctionnalité : deux défis à relever pour que la mécanique entre pleinement dans l’ère de l’économie circulaire.

 

Au cœur des territoires

L’économie circulaire repose sur des partenariats entre acteurs industriels, territoriaux et consommateurs. La dimension territoriale est donc très importante. Il s’agit d’organiser localement les relations entre ceux qui génèrent des flux de matières, d’eau et d’énergie : les déchets d’un industriel peuvent servir à un autre, l’énergie produite par le procédé d’une entreprise peut être utilisée par l’une de ses consœurs…

Spécialisé dans le matériel pour l’entretien de l’environnement routier, Noremat accompagne les territoires dans leurs missions de sécurité routière et de valorisation des ressources locales. Ainsi, la collecte de l’herbe coupée au bord des routes peut devenir source d’énergie. Selon la saison, une tonne d’herbe produit 80 à 120 m3 de biogaz brut, et jusqu’à 180 m3 lorsque l’herbe est ensilée. L’énergie produite est 5 à 10 fois supérieure à celle dépensée pour la collecte. L’herbe des accotements peut donc remplacer avantageusement des cultures énergétiques qui mobilisent des terres normalement réservées à la production d’alimentation humaine ou animale.

Fabricant de fils tréfilés et éléments de fixation en aciers inoxydables et alliages de nickel, installé à Belley (Ain), Ugivis a commencé à étudier avec ses collègues industriels la gestion de l’énergie pour échanger les bonnes pratiques et mettre en place des systèmes communs d’économie d’énergie.

Avec la Chambre de Commerce et d’Industrie du Doubs, Cristel et ses voisins industriels cherchent des solutions de traitement des déchets de process à l’échelle du territoire.

 

Vendre des fonctions plutôt que des produits

Vendre des heures de vol, plutôt qu’un moteur d’avion ; des heures d’usinage plutôt qu’une machine : l’économie de la fonctionnalité consiste à commercialiser non pas un produit mais sa performance. Ainsi, les fabricants de tunnelier vendent des métrages de forage à leurs clients et payent à SKF le roulement de tête à la distance forée.

Une petite révolution pour les clients, comme pour les industriels. Pour ces derniers, qui restent propriétaires de leurs produits, la question de la durée de vie devient essentielle, de même que la maintenance ou la gestion de la fin de vie.