« Moderniser l’outil de production permet de devenir compétitif »

04/05/2015

Laurent CONDOMINES_SNR_© NTN SNRNTN-SNR est spécialisé dans la mécanique du mouvement. Sa large gamme de produits lui permet de répondre aux besoins des industries, en particulier du secteur automobile. En 2013, le groupe a ouvert une nouvelle unité de production à Alès. Laurent Condomines, directeur des usines SNR Cévennes, revient sur cet événement.

 

Pourquoi avoir investi dans une nouvelle usine ? Comment avez-vous procédé ?

Notre site historique produit 82 000 roulements par jour de première et deuxième génération. Les constructeurs automobile intègrent désormais des produits de 3ème génération. Cette nouvelle usine a été conçue entièrement autour de ces produits, ce qui nous a permis de conquérir de nouveaux marchés.

Dans notre métier, les prix de vente, et donc les prix de revient, sont mondiaux. Nous devions donc nous aligner sur le prix de revient le plus bas du groupe NTN-SNR.

Nous avons créé un groupe projet et commencé par analyser de manière critique notre expérience dans le domaine de la conception de lignes de production. Nous avons défini un module de fabrication capable de produire 500 000 roulements/an et piloté par une seule personne par poste.

En amont, nous avons donc travaillé sur l’ergonomie et le pilotage des machines, afin que l’opérateur dispose de suffisamment d’information pour prendre les bonnes décisions. Nous avons réduit toutes les opérations de manutention, désormais réalisées par des convoyeurs et des robots. L’opérateur pilote la ligne, contrôle la qualité et anticipe les arrêts.

Nous avons amélioré nos rendements de 15 points par rapport à nos moyens de production traditionnels, et nous avons intégré des contraintes très fortes qui limitent les rebuts. En travaillant sur l’architecture de la ligne, nous avons réussi à atteindre notre objectif de prix de revient. Nous démontrons ainsi que moderniser l’outil de production permet de devenir compétitif.

 

Quelle place occupe l’être humain dans votre outil de production ?

Actuellement, 4 modules fonctionnent et le site est prévu pour en accueillir 8. Nous avons créé une cinquantaine d’emplois. L’opérateur est placé au centre de notre démarche. Ainsi, nous avons mis en place une structure pour collecter et traiter ce que nous appelons les “irritants”, c’est-à-dire tout ce qui dans la journée a pu gêner l’opérateur pour réaliser correctement sa tâche.

À cela s’ajoutent les principes de base du lean management que nous appliquons pour traiter les causes profondes de dysfonctionnement.

Avec les mines et la métallurgie, l’histoire industrielle d’Alès est très riche. Cette culture industrielle est l’un des facteurs de réussite : elle permet de trouver des personnels qualifiés. C’est dire l’importance de l’être humain pour faire fonctionner un outil de production moderne.

 

Votre projet a été soutenu par l’Agglomération d’Alès ? De quelle façon ?

Nous sommes dans un milieu industriel très capitalistique. Il est donc essentiel de concentrer l’investissement sur l’innovation et les outils de production. L’Agglomération d’Alès a acheté une ancienne usine métallurgique, l’a rénovée et nous la loue. L’immobilier entre ainsi dans nos frais de fonctionnement.

Par ailleurs nous avons obtenu des aides à hauteur de 5 % des 20 millions d’euros d’investissement de la part de l’État (Prime d’aménagement du territoire) abondée par le Conseil régional du Languedoc Roussillon, du Conseil général du Gard, de l’Agglomération d’Alès et du FEDER (Fonds Européen de Développement Régional.

 

 

NTN – SNR en bref

Groupe spécialisé dans les roulements pour l’automobile et l’aéronautique

375 salariés sur 2 sites

162 millions d’euros de chiffre d’affaires