Pascal Barruzzo, Président-directeur général de Precimecan

01/08/2012

© DR

Le prêt participatif Croissance PMI permet aux entreprises de financer des projets de développement en renforçant leurs fonds propres. Ce prêt a été initié par la CMGM, une des filiales de la FIM, en partenariat avec le Crédit Coopératif et les chambres syndicales de la métallurgie. L’entreprise Precimecan en a bénéficié pour financer l’accroissement de son activité, liée au secteur aéronautique. Témoignage de son PDG.

 

Pourquoi avoir contracté un prêt participatif ?

Nous avons contracté ce prêt auprès du Crédit Coopératif pour renforcer nos quasi fonds propres. Une nécessité pour financer le redéploiement de notre activité en 2011. Elle est essentiellement liée au secteur aéronautique (construction d’avions et transport aérien), et après une année 2009 calamiteuse et une lente reprise en 2010, nous attendons une progression importante.
Parallèlement, nous avons signé un contrat de développement participatif avec OSEO. L’arrivée d’un fonds d’investissement chez Caromar, le groupe dont nous faisons partie, nous a permis d’augmenter le capital. Ainsi, notre solidité financière devrait faciliter la signature de nouveaux contrats à long terme avec nos clients.

 

Quels sont ses avantages ?

Le prêt participatif demande peu de garanties. Le risque est mutualisé auprès de la CMGM, le moteur de ce programme financier. Il doit être accompagné d’un prêt bancaire classique à moyen terme que nous avons également obtenu auprès du Crédit Coopératif.

 

De quelles alternatives disposiez-vous ?

Si le Crédit Coopératif ne nous avait pas proposé ce programme de financement, nous aurions dû nous tourner vers des prêts bancaires classiques, plus compliqués à obtenir… Et dont les garanties sont beaucoup plus conséquentes.