Pompes Japy : modernité et savoir-faire ancestral

06/02/2014

Du mouvement des montres aux pompes de secours d’amorçage ou de sécurité, en passant par les moteurs, les pièces de bicyclette, les luminaires ou les machines à écrire, il y a plus de 200 ans d’histoire industrielle : celle des Pompes Japy. En effet, c’est en 1777 que Frédéric Japy mécanise le procédé traditionnel de fabrication des montres dans le Jura. En 1850 l’entreprise se lance dans la fabrication de pompes manuelles. Aujourd’hui, elle produit plusieurs milliers de pompes par an en bronze, laiton, fonte grise ou zamak – dont 20% sont exportées – qui servent à transvaser des fluides dans l’industrie, le BTP, la chimie et l’énergie.

Implantée à Fesches-le-Châtel (Doubs), cette SCOP (Société coopérative participative) depuis 1981 est labellisée Entreprises du Patrimoine Vivant, une reconnaissance de l’État qui distingue des savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence. Elle est gérée par les 12 salariés, chacun disposant d’une voix en assemblée générale. « Dans une SCOP, la gouvernance est démocratique, explique Pierre Lauret, le directeur général. Il faut savoir écouter, partager et convaincre. »

Cette gouvernance collégiale s’applique notamment en matière d’investissements. Ainsi, en 2008, les 12 sociétaires font le choix d’investir 500 000 euros pour moderniser le parc de 120 machines, vieux de 80 ans. « Nous avons décidé de conserver totalement la maîtrise de la production en préservant l’usinage sur le site », reprend Pierre Lauret.

En modernisant son outil de production, les Pompes Japy ont réalisé d’importants gains de productivité. Le chiffre d’affaires a grimpé de 1,2 à 2 millions d’euros en trois ans.

 

Pompes Japy en bref

Inventeur et fabricant de la pompe manuelle semi-rotative

12 sociétaires

2 millions d’euros de chiffre d’affaires