Quand les offres d’emploi sont plus nombreuses que les jeunes diplômés

22/06/2012

Les jeunes diplômés sont durement touchés par la crise de l’emploi. Pourtant, celle-ci semble épargner la mécanique : le premier employeur industriel de France prévoit de recruter 40 000 salariés par an sur les 5 prochaines années.

 

La conjoncture actuelle ne réduit pas les demandes des entreprises en personnel qualifié dans le secteur de la mécanique. Denis Cervellin, Directeur des études et des relations industrielles de la formation FQSC (Fabrication et qualité des structures chaudronnées) à Polytech’Montpellier, nous confirme ce phénomène : « Dans les formations d’ingénieur en chaudronnerie, nous avons aujourd’hui plus d’offres d’emploi que de jeunes à placer… Les métiers de la maintenance, du contrôle et de l’inspection recrutent actuellement ».

 

Comment expliquer cette situation ? Pour nous donner des éléments de réponse, Denis Cervellin revient sur les spécificités des formations aux métiers de la mécanique. « Il existe deux types d’écoles, les écoles généralistes (type Arts et Métiers…) et les écoles spécialisées, qui forment à un métier donné. Ces dernières travaillent généralement en partenariat avec des groupements d’industriels.

 

Certaines écoles d’ingénieurs proposent maintenant des formations en apprentissage qui permettent aux jeunes de mettre en application la théorie dans l’entreprise. L’avantage est évident, l’adéquation entre les formations et les besoins des entreprises est renforcée. Les écoles d’ingénieurs en mécanique offrent énormément de débouchés : conception, fabrication, maintenance… »