Sulky Burel : Cap sur l’export

19/12/2013

Atteindre 50 % du chiffre d’affaires à l’export d’ici à 2018 — contre un tiers aujourd’hui — tout en maintenant ses parts de marché en France : tel est l’objectif de Sulky-Burel. Déjà présent dans 50 pays, notamment en Europe centrale et orientale, le constructeur de matériels agricoles veut augmenter sa présence sur de nouveaux marchés.

Pour cela, il se dote des moyens de ses ambitions. Le constructeur a investi 20 millions d’euros dans une nouvelle usine à Châteaubourg (Ille-et-Vilaine).

« L’ancien site qui datait de 1945 était de moins en moins adapté à la fabrication de nouveaux matériels agricoles, plus larges et de plus grande dimension, explique Gilbert Jouan, directeur général de l’entreprise. Et nous souhaitions améliorer nos méthodes de production. »

Avec sa nouvelle usine de 20 000 m2, Sulky-Burel augmente sa surface de production de 7 000 m2, ce qui a permis de repenser les flux de fabrication, de mettre en place des méthodes de production Lean et d’améliorer la flexibilité des lignes. « Nous produisons maintenant sur la même ligne trois types de machines d’épandage au lieu d’une auparavant », souligne Gilbert Jouan. Résultat : l’entreprise produit à la commande avec un minimum de stock. Une façon d’améliorer sa compétitivité.

 

Sulky Burel en bref

Spécialiste européen des épandeurs d’engrais, de la fertilisation des semoirs, et des outils de travail et de préparation du sol.

48 millions d’euros de chiffre d’affaires

210 salariés